Lofoten : les îles viking

 

A 200 km au dessus du cercle arctique, les îles norvégiennes offrent une douceur étonnante pour les pratiques outdoor d’arrière saison sous les incroyables lumières de la nuit polaire.

(article paru en couverture de Chullanka n°4) 

 

La légende raconte que lorsque les vikings débarquèrent sur les îles Lofoten, au nord-ouest de la Norvège, l’étrangeté du spectacle paralysa les plus solides gaillards. Incapables d’articuler le moindre mot, les conquérants marmonnèrent quelques syllabes qui baptisèrent cet alignement d’îles et de fjords : Å, Verøy, Røst… En surfant la poudreuse deux mille ans plus tard en compagnie de nuées de goélands planant sur ces cimes insulaires, on comprend mieux quels contrastes ont pu les surprendre. Des incohérences même ! A 200 km au dessus du cercle arctique, qui pourrait croire que ce morceau de granit frondant les terribles bourrasques océaniques dans un repli du violent Maelström, puisse être autrement que froid et grisonnant. Pourtant protégé par le Gulf Stream, les Lofoten baignent toute l’année dans des températures clémentes, « même en hiver » témoigne Ricardo. Photographe d’art, il est de ceux qui apprécient les incroyables lumières de la nuit polaire, une autre troublante contradiction de ces îles. « Elles sont presque roses quand elles jouent avec l’eau et le ciel comme deux miroirs captant les moindres reflets colorés que le soleil sous l’horizon renvoie sur le plafond de nuages ». Pour supporter ce tableau : un bas relief de crêtes et de calanques en grande partie épargnées de l’érosion glaciaire et de ce fait sculptées plus nettement ici que dans le reste du pays, « comme des feuilles de papier déchirées » décrivent les pêcheurs du coin. Mais rien d’agressif dans ce paysage. Le brouillard, fréquent, sait apaiser les contrastes.

Cette douceur plait à une aventure toute en finesse. Les premiers à se rendre sur les Lofoten pour un séjour actif sont les amateurs de kayak de mer. Côté mer, les Lofoten embrassent un océan furieux et impitoyable que les plus courageux approchent surtout autour d'Ost Vagaya et à l'ouest de Nappstraumen. Mais en pénétrant dans les très profondes calanques qui conduisent parfois à des lacs couronnés de hautes cimes, on découvre des étendues sages à l’abri des vents. « L’eau a ici une pureté incroyable, se régale Imme qui a passé quelques jours à sillonner les fjords de Troll barrés par un passage étroit coupant les montagnes (Raftsundet). Par moment, elle est tellement cristalline qu’elle disparaît. On dirait alors que nos embarcations volent au lieu de flotter. C’est pour ça que cet eau donne tant envie d’y plonger. C’est une vrai frustration, un supplice même ! Car si elle est gelée par la fonte des neiges, l’air, lui, est chauffé par les roches sombres qui emmagasinent les rayonnements solaires 24 heures sur 24 pendant la saison qu’on dit claire en juin ».

 

Vieilles baraques et poisson séché

 

Aucune difficulté pour trouver une embarcation, même au pied levé chez Lofoten Kajakk ou Jann aventure, la compagnie que Jann Engstad, un des premiers guides reconnu du pays, a fondé il y a vingt ans. Le peuple qui vit dans ces îles connaît bien la mer. Pendant plusieurs siècles, les Lofoten ont été le théâtre de la pêche à la morue la plus importante au monde. Le paysage urbain qu’on découvre facilement à vélo par le bitume s’est construit autour de carlingues de pêcheurs qui peuplent quelques villages le long d’une côte hachée par des rideaux de pluie, des fjords et des arcs en ciel. La pêche artisanale s’y pratique encore de janvier à avril pour la morue et de septembre à la fin de l’année pour le hareng ; mais la plupart des villages traditionnels, victimes de la modernisation du secteur, sont progressivement rénovés en gîtes d’étapes : Vågar, l’un des plus anciens villages de Norvège, connaît ainsi une nouvelle vie au point d’avoir été rebaptisé Nyvågar (nouveau Vagar), tout comme le village de pêche de Stamsund où une centaine de vieilles baraques servent désormais de gîtes aux touristes d’aventure. « Nous y avons conservé le caractère original approximatif qu'elles avaient quand elles ont été construites, explique son promoteur. Les chambres peuvent accueillir jusqu’à six couchages et chacun peut faire sa cuisine comme dans les refuges d’altitude. A côté, nous avons aussi rénové le bâtiment de Skjærbrygga, un vieil entrepôt de poisson qui loge maintenant un restaurant et un salon de lecture au coin du feux. Ici on peut approcher le quotidien des pêcheurs d’antan à seulement 15 kilomètres de l'aéroport de Leknes ».

Mais aucun pêcheur ici. Dans ces « lounges » trempés dans le jus local, il n’est pas rare d’entendre siffler des amoureux de la nature imitant le chant de l’oiseau rare qu’il ont croisé le long des falaises abritant d’innombrables lieux de ponte. Les Lofoten sont en effet connus dans le monde entier des « birdwatchers » qui s’organisent en safari pour passer là plusieurs jours à guetter les colonies d’oiseaux de mer. Les îles Vestvågøy, Værøy et Røst sont les plus riches en la matière. Sur la dernière, les amateurs se pressent autour de Ellefsnyken, Trenyken, Hernyken, Vedøy et Storfjellet, pour compter plus de 600.000 macareux s’agitant dans un vacarme assourdissant. Des espèces plus rares logent aussi dans ces régions comme le Guillemot de Brunnich, le Pipit de Richard, le Fulmar, ou l'aigle blanc à la queue coupée qu’on croise en mer lors des safaris à l’épaulards qui suivent en bancs impressionnants les migrations de harengs à partir de la mi octobre jusqu’à février dans le nord des Lofoten.

 

Du carburant pour l’imagination

 

Tournée vers ces richesses maritimes, les îles norvégiennes n’ont découvert que tardivement leurs massifs. L’histoire locale retient qu’en 1889, deux pêcheurs ont atteint pour la première fois le point culminant des Lofoten ! D’autres grimpeurs ont depuis confirmé l’intérêt de ces crêtes abruptes et de ces pentes enneigées. Les « bloqueurs» habitués aux passages très techniques sur de petits rochers, ont trouvé leur paradis – le bien nommé Paradiset - tout au sud de l’île de Austvågøy, la plus grandes des dix. De l’aéroport de Svolvær, ils se rendent au village de pêche de Kalle où les attendent de nombreux blocs de granit léchés par les vagues. La raison de la popularité du lieu auprès de la communauté d’hommes araignées : « De bons défis, un rocher qui sèche vite, l’horizon marin, les vues incroyables sur le Vågakallen voisin, le camping juste à coté », explique Yan qui organise chaque année un rassemblement entre juin et août. Atout supplémentaire pour les puristes : l’absence quasi totale de fléchage, de nom de voies et d’équipement propre à conserver au site – comme à l’ensemble de l’île - l’esprit d’aventure et d’exploration de ses débuts. Les grimpeurs étrangers sont d’ailleurs fermement encouragés par les clubs locaux d’alpinisme « à apprendre l’usage des coinceurs et des protections naturelles avant de venir grimper aux Lofoten ». Les niveaux de difficulté restent toutefois accessibles (5 à 7). Les plus enragés ne manqueront pas le grand pilier du Vågakallen, ouvert dans les années 60 et encore considérée comme une des voies d’escalade majeures de l’hémisphère nord.

L’hiver, les Lofoten sont aussi l’eldorado du Telemark. Pas de grandes dénivelées (1000 mètres au maximum, et plus généralement autour de 500), mais des pentes de poudreuse de 30 à 45 degrés pour les amateurs de glisse free ride. Certaines courses exigent une bonne condition comme cette virée de Geitgaljar qui se mérite crampon et piolets au pied ; la dépose hélico et la circulation des motoneiges sont en effet interdites sur l’île. Mais l’essentiel du hors piste s’organise sur des terrains faciles pour la rando à ski ou en raquette où il s’agit plus d’apprécier le mélange d’embruns et de voletés de cristaux gelés, que de tester ses limites… « Là haut, les lumières nordiques prennent une ampleur insoupçonnées qui donnent l’impression d’une matière flottant sous le couvert nuageux », découvre Clara, une randonneuse occasionnelle. Au fond, le soleil disparaît sous le fils mince de l’horizon courbe en laissant éclater quelques secondes une dernière surprise : un rayon vert presque fluorescent.

 

Paul Molga

 

 

REPERES

 

Situation géographique Sur le 68ème parallèle, 200 km au dessus du cercle polaire au large de la côte nord de la Norvège dont elles font partie. Les dix îles des Lofoten couvrent un territoire de 120 km sur 30 baignant au croisement de l’Atlantique et de la mer de Norvège à 1400 km d’Oslo, la capitale.

 

Nuit Polaire Le soleil disparaît sous l'horizon vers le 8 décembre pour ne réapparaître que quatre semaines et demi plus tard. Jour permanent à partir du 20 mai.

 

Températures  De 13°C en août à –1,5°C en février, mois le plus froid

 

Traditions Les Lofoten ont été longtemps la capitale mondiale des pêcheurs de morue. Il reste de cette époque quelques dizaines de village de pêches aux baraquements sommaires qui fourmillent de clichés pittoresques.

 

Gouvernement Monarchie constitutionnelle

 

 

 

EN PRATIQUE

Se rendre aux Lofoten

En ferry ou en bac rapide depuis Bodø, skutvik, Bognes et Narvik, la principale compagnie maritime du pays - OVDS - dessert les îles avec une quinzaine de navires sur 36 itinéraires offrant autant de balades. Pas de standard mais des contacts point par point. Exemple : Bac de Bodø +47 480 39 990 – Ferry de Røst +47 948 03 115 – Ferry de Lødingen +47 948 15 953… Toutes les coordonnées et les horaires sur Internet : http://ovds.no/engelsk/timetable

On peut aussi profiter du voyage pour une croisière avec Norwegian Coastal : +47 810 30 000

Les plus pressés peuvent prendre un vol de Bodø à Leknes avec la compagnie Widerøe Airline (25 mn de vol) qui assure des vols intérieurs dans le centre et le nord du pays. Le site (www.wideroe.no) permet la réservation en ligne.

Widerøe Airline : +47 81 00 12 00 (tickets) - +47 81 00 12 00 (trafic)

On peut aussi prendre l’avion directement depuis Oslo (3 heures de vol). Renseignements auprès des compagnies locales :

Scandinavian Airlines (SAS), assure les liaisons scandinaves et les vols internationaux. Le site (www.scandinavian.net) permet la réservation en ligne. Coordonnées à Paris : +33 (0)1 53 43 25 60

Braathens, compagnie nationale norvégienne membre du groupe SAS, relie notamment Oslo à Nice, trois fois par semaine en période estivale.

Coordonnées en Norvège : +47 67 59 70 00 - +47 815 20 000 (réservations)

 

 

Formalités

 

Membre de l’espace Schengen depuis mars 2001, la Norvège dispense d’obligation de visa les autres pays membres, pour une durée de séjour de trois mois maximum. Une  pièce d'identité en cours de validité (Carte Nationale d'Identité ou Passeport) suffit donc pour les ressortissants en provenance d’Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Islande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal et Suède. Les ressortissants des pays nordiques sont également exemptés. Pour les autres un Visa touristique est obligatoire. A demander aux ambassades ou au service d’immigration : Utlendingsdirektoratet (Office national de l'immigration), Postboks 8108 Dep 0032 Oslo, Tel : +47 23 35 15 00, Email : udi@udi.no
 

Les ambassades et consulats norvégiens à l’étranger :

 

En France

Ambassade Royale de Norvège, 28 rue Bayard, 75008 Paris

Tel : 01 53 67 04 00, Fax : 01 53 67 04 40

Email : emb.paris@mfa.no

 

En Suisse

Königlich Norwegische Botschaft, Bubenbergplatz 10, CH-3011 Bern
Tel: +41 31 310 5555, Fax: +41 31 310 5550

Email : emb.bern@mfa.no

 

Aux Pays Bas

Royal Norwegian Embassy, Lange Vijverberg 11, NL-2513 AC Den Haag
Tel : +31 70 311 7611, Fax: +31 70 365 9630

Email: emb.hague@mfa.no

 
En Espagne

Real Embajada de Noruega, Paseo de la Castellana 31, planta 9, 28046 Madrid

Tel : +34 91 310 31 16, Fax: +34 91 319 09 69

Email :emb.madrid@mfa.no

 

En Italie

Reale Ambasciata di Norvegia
Via delle Terme Deciane 7, 00153 Roma
Tel : +39 06 571 7031, Fax: +39 06 571 70326
Email : emb.rome@mfa.no

 

En Grande Bretagne

Royal Norwegian Embassy, 25 Belgrave Square, London SW1X 8QD

Tel : 020 7591 5500, Fax : 020 7245 6993

Email : emb.london@mfa.no

 

En Allemagne

Kgl. Norwegische Botschaft, Rauchstraße 1, D-10787 Berlin, Deutschland.
Tel: +49 30 50 50 50. Fax: +49 30 50 50 55.
Email : emb.berlin@mfa.no

 

Au Portugal

Embaixada Real da Noruega, Avenida Vasco da Gama 1, P-1400-127 Lisboa
Tel: +351 21 301 5344, Fax: +351 21 301 6158

Email : emb.lisbon@mfa.no

 

 

Les sports nature au Lofoten

 

Le caractère sauvage et impétueux de la nature norvégienne impose la location d’un guide pour encadrer des activités de pleine nature, même pour une simple randonnée en montagne : baigné dans le brouillard, les terrains sont toujours glissant et on a vite fait de se prendre dans le dédale de crêtes déchiquetées. Il existe une poignée de professionnels sur les îles. Les principaux sont :

 

> Jann’s adventure, pionnier des activités de sport nature au Lofoten. Il est capable de tout organiser, ou presque, avec son réseau de guides professionnels : +47 76 07 89 10, fax : +47 76 07 19 55 - mail : post@lofoten-aktiv.no - www.lofoten-aktiv.no

> 67°Nord, Sundby, 8250 ROGNAN - +47 90 66 70 67 - www.67nord.no

> Aktiv i Nord, réseau de guides locaux,  P.O. Box 136, N- 8309 Kabelvåg – +47 76 07 89 10, fax: +47 76 07 19 55 - mail : ain@ain.no - www.ain.no

> Jekta Pauline, un navire de navigation traditionnel sur Trønderlag - www.pauline.no

> Escales Polaires – Bernard Audrezet 05 46 09 33 19 / 06 10 24 36 79

 

 

Bon à savoir

 

La Norvège est située hors zone euro. La monnaie est la couronne norvégienne (Nok) qui vaut approximativement 0,12 euro

 

Attention, Maelström gagnant : le contour déchiré des Lofoten crée de forts courants de marée entre les îles de Vestvågøy, Flakstadøy, Moskenesøy, Mosken et Værøy. Le plus célèbre et le plus terrible d’entre eux est le Maelström, connu localement sous le nom de Moskstraumen. Il sévit à l'ouest du promontoire des îles et doit sa renommée à sa puissance qui a inspiré de nombreuses illustrations terrifiantes et les pages noires d’auteurs célèbres : Pythéas, Petter Dass, Edgar Allan Poe, Jules Verne… Attention donc lors d’une sortie en mer, surtout à bord d’une petite embarcation.

 

Le permis de conduire français est valable en Norvège mais gare : zéro tolérance alcool au volant

 

Le camping est gratuit, ce qui compense un peu le coût de la vie, élevé.

 

Les voies d’escalade des Lofoten sont très sommairement équipées. Prévoir des cordes de plus de 50 mètres, taille minimum des rappels installés. Deux cordes de 10,5 et une de 8,5 constituent une bonne combinaison. Terrain d’aventure oblige, prévoyez aussi une panoplie de friends et de coinceurs

 

Le vent violent, les hautes vagues et le brouillard sont typiques des Lofoten. Les étés sont frais, et les hivers relativement doux. Malgré cela, les îles sont peu arrosées, la plupart des nuages se contentant de passer pour déverser leur cargaison sur la côte continentale. Renseignez-vous sur les conditions d’enneigement avec de signer. Vous pourriez être déçu. Une webcam locale pour vous décider : www.lofotposten.no/webkamera ; www.webcamsinnorway.com

Les safaris épaulards ont lieu du 17 octobre au 30 novembre

 

Les spécialités culinaires norvégiennes sont très… spéciales. Essayez l'espèce peu commune de poissons appelée hjellosing, des langues de morue partiellement séchées…

 

Quelques beau villages de pêcheurs à visiter : Stamsund, Å, Reine. Toutes les infos touristiques sur internet : www.lofoten-tourist.no et www.norvege.net

 

 

Bibliographie

 

Climbing in the magic Island – Webster

Info grimpe au climbing café de Henningsvaer