RESERVES

A peine grand comme la Suisse, l’Azerbaïdjan (86.000 km2) comptera bientôt 40 réserves naturelles, presque autant que le Canada. Pour la seule année 2003, 405.000 hectares ont été classés, triplant ainsi la surface des régions protégées pour leur écosystème particulier. Au total, 7% du territoire sont déjà sauvegardés. Quand le programme sera achevé, vers 2005, 10% du pays (contre 0,8% en France) seront protégés des activités humaines. Trois statuts définissent ces zones : 18 réserves intégrales, véritables sanctuaires de la vie sauvage interdits à l’homme ; 17 réserves naturelles, dans lesquelles le développement des régions habitées est réglementé et limité (l’équivalent de nos parcs naturels régionaux) ; deux réserves de chasse, dont l’accès est contrôlé ; enfin les parcs naturels nationaux (3 déjà délimités et 2 en projet) qui sont, comme en France, des régions librement accessibles mais protégées de la civilisation (circulation contrôlée hors des voies d’accès, coupe et ramassage du bois interdite, estives délimités…). Pour conduire sa croisade écologique, le gouvernement a libéré une enveloppe annuelle de 8 millions de dollars et mobilisé 9000 personnes. Il compte aussi sur les soutiens internationaux (Banque mondiale, Japon, Grande-Bretagne) et espère décrocher 15 à 20 millions de dollars en 2004.